« Rendre possible l’impossible… » Telle a été notre devise de ces derniers mois ! En maintenant le Festival du Voyage Engagé, nous avons adapté son format au contexte inédit de la crise sanitaire et du confinement. C’est avec une grande joie que nous avons expérimenté, pour la toute première fois de notre histoire, l’aventure du virtuel. Nous ne le savions pas avant de nous lancer, mais un travail titanesque (quoique nécessaire) nous attendait.

Pour l’équipe, dès le début, il n’était pas question d’annuler cet événement phare qui, chaque année, mobilise bénévoles comme volontaires en service civique, en rendant visibles les projets d’Explor’acteurs accompagnés tout au long de l’année.

Après moult réflexions en interne, nous avons décidé d’avancer la date du Festival d’une semaine. Il était initialement prévu du 15 au 17 mai, mais il faut dire que la France venait de noter dans son agenda la fameuse date du 11 mai, annoncée par le gouvernement comme celle du déconfinement progressif. Le risque était donc que notre public n’ait qu’une envie en ce premier week-end déconfiné : fuir les écrans et enfin rencontrer de vraies personnes – et donc, délaisser notre programmation virtuelle.

La date a donc été fixée pour le week-end du 8 au 10 mai, nous laissant ainsi de très brefs délais de préparation… La course contre la montre était lancée !

Comment organiser un festival virtuel en seulement 3 semaines ?

C’est très simple, il suffit juste d’une plâtrée de MOTIVATION, une ventrée de PERSÉVÉRANCE, une coudée de RÉACTIVITÉ, un soupçon de SUEUR, une pincée de DÉPASSEMENT DE SOI… et le tour est joué.

Pour maintenir le cap et satisfaire au mieux notre audience, il était impératif de mettre les bouchées doubles, ce qui n’a pas toujours été facile.

Grâce à un hébergement sur le site de la Maison de l’Environnement de la Métropole de Lyon, nous avons pu ENTIÈREMENT dématérialiser notre festival, lui procurant par la même occasion un gage de réalité en reprenant et décorant à nos couleurs la visite virtuelle de ses espaces. Chacun pouvait donc assister à l’événement depuis chez soi, tranquillement installé dans son canapé ! Cette prouesse graphique résulte du travail acharné de Yolaine Raymond (présidente de la Manufacturette) qui a mis de côté son sommeil afin de métamorphoser cette plateforme. À elle seule, elle a réalisé l’équivalent de 3 semaines à 35h… en un peu plus d’une seule semaine !

La visite virtuelle permettait au public de se balader à sa guise dans les différents espaces de la Maison de l’Environnement et d’assister par conséquent aux projections, tables rondes participatives, ateliers, expositions photographiques et concerts proposés tout au long du weekend.

Concernant cette fameuse programmation, nous avons aussi dû l’ajuster au nouveau format, ce fut tout l’enjeu de la commission programmation. Pour cette 3e édition du Festival du Voyage Engagé, le thème choisi était « Divers-cités », d’où découlaient 4 thématiques principales : Voyager autrement, Nourrir la ville, Solidarités écologiques et migratoires et Implication Citoyenne.

En offrant un contenu varié à notre public venant d’horizons très différents, ce thème a contribué à présenter des solutions favorables à la mise en place d’une transition écologique et solidaire. En questionnant nos modes de vie, il nous a permis de mieux cerner les enjeux pour la construction du monde de demain.

Volontaires, bénévoles et salarié sur le pont

C’est le jour J, l’excitation est à son apogée… Il est actuellement 17h30 soit 30 minutes avant l’ouverture officielle du Festival ! Encore un dernier essai avec l’équipe pour s’assurer que tout est OK et ce sera à nous de jouer !

17h45 Mince, apparemment il y a quelques petits ajustements nécessaires sur la plateforme de streaming éthique, indépendante et engagée Imago TV où les échanges sont retransmis en direct… La commission logistique vient à la rescousse ! Elle a bossé d’arrache-pied pour dématérialiser toute la programmation du Festival. Les tables rondes et les ateliers étaient accessibles au public via l’application Zoom. Les “téchos” de la team logistique règlent aussi chaque petit problème pour assurer la tenue de l’événement, petites mains invisibles prêtes à soigner chaque « bobo » technique.

17h50 Quel soulagement c’est ENFIN réglé, ça peut commencer ! Comme des gosses, nous découvrons les yeux ébahis la version finale de la plateforme. Il nous reste encore du temps avant les discours d’inauguration, une petite visite virtuelle s’impose !

 

Wooow mais quel travail, c’est impressionnant ! Les dessins sont très attractifs grâce au style aquarellé de Yolaine et on ressent vraiment un sentiment de convivialité en découvrant les bannières extérieures et l’affiche. En poussant la porte d’entrée, on ne sait plus où donner de la tête. Que faire en premier ? L’accueil, le village des associations, la médiathèque ? Tout d’abord, il semble plus astucieux de commencer par consulter la programmation et le plan des salles pour mieux s’organiser et se repérer. Ça tombe bien, ils sont tous les 2 apparents en bas à droite de l’écran.

La musique de l’accueil écrite spécialement pour On The Green Road nous met tout de suite dans l’ambiance. Il y a déjà des personnes derrière le stand prêtes à accueillir le public et répondre à toutes les questions. Cette équipe d’accueil est chargée d’accueillir et d’aiguiller le public tout au long du week-end (précisément 3 jours/3 et 12h/24). Il suffit de cliquer sur le stand pour que les bénévoles apparaissent virtuellement ! Pour cela, nous avons utilisé Jitsi, un logiciel de visioconférence similaire à Zoom. Vous avez là un reflet des débats en interne. Le premier est opensource et respecte les données personnelles de ses utilisateurs quand le second est moins à cheval sur la confidentialité, mais fait preuve d’une meilleure qualité de diffusion. Pour des appels en petits groupes, nous avons privilégié Jitsi, mais pour les tables rondes participatives, qui pouvaient accueillir une quarantaine de participants, nous n’avons pas pu nous passer de Zoom.

20h15 Plus que 15 minutes avant les discours d’ouverture… Pressons le pas pour découvrir la médiathèque. Des renseignements auprès de la libraire, une exposition photos, de courts extraits vidéos de projets d’Explor’acteurs… Il y en a pour tous les goûts ! Bluffant également de réaliser à quel point les photos de l’exposition ImpréVUES ont l’air RÉELLEMENT affichées sur les murs dans de grands cadres photos !

20h30 C’est l’heure de rejoindre Siméon et Lola pour l’inauguration du Festival. Direction salle Confluence maintenant pour s’installer confortablement dans le fauteuil virtuel et apprécier la première projection, School Trotters.

L’équipe de School Trotters lors de la discussion post-projection

Samedi matin, 7h Le réveil pique, mais la commission communication prépare déjà les posts sur les réseaux sociaux pour que le public ne manque pas une miette du spectacle !

Depuis l’annonce de la dématérialisation du Festival, l’équipe dédiée à la com’ a dû redoubler d’efforts. Eh oui, dans la mesure où tout est devenu virtuel, il fallait ENTIÈREMENT miser dessus pour optimiser le plus possible la visibilité de l’événement. Entre confection du communiqué de presse, démarchage des médias traditionnels (presse écrite, radios, télés) et contemporains (réseaux sociaux, sites partenaires) pour relayer l’info, organisation de lives sur notre page Instagram pour promouvoir les projections, réalisations graphiques de visuels, montages vidéos et publication renforcée de posts sur nos réseaux, tout a été minutieusement pensé pour promouvoir le Festival selon ce nouveau format. À la clé, nous avons ainsi été relayés par Géo, Le Progrès, Tout Va Bien, la page Facebook du Figaro Voyages, MarieYoupie sur Instagram. 

Trois posts pour chaque élément de programme (annonce, piqûre de rappel et remerciements), voilà de quoi exiger de la rigueur, de l’organisation et de la réactivité. Il ne faut surtout pas oublier les storys aussi… Mince, le lien Imago n’a pas été communiqué ! Oulala, le stress monte… Pas de panique, aussitôt dit, aussitôt fait ! Quelle cohésion d’équipe, toujours soudée face aux problèmes, toujours concernée par le bon déroulement du Festival, toujours concentrée sur ses missions, toujours présente pour se remotiver, s’encourager et se réconforter mutuellement. Un bel esprit de solidarité qui semble tirer son inspiration du collectivisme des fourmis de Bernard Werber.  

12h Sentez-vous cette douce odeur à travers votre écran ? Théo est au fourneaux pour son show gourmand ! On serait prêt à parier que ce curry de chou-fleur vous donne quelques idées pour votre déjeuner…

Le Théo Show a fait danser les papilles !

16h30 Il y a du monde au village des associations ! Situé à côté de l’accueil, cet espace virtuel permet d’en apprendre davantage sur ce qui se passe dans la région en terme d’Éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale (ECSI) et d’écologie. C’est l’endroit parfait pour les personnes en quête d’engagement et de bons contacts ! Comme dans la vie réelle, chacun peut se rendre sur les différents stands pour poser des questions et rencontrer des acteurs de la transition écologique et solidaire, à travers des discussions en visioconférence.

21h Rien de mieux qu’un concert dans le patio pour finir la journée en beauté ! Il est temps désormais d’annoncer la programmation de dimanche avant d’aller gentiment se coucher car ce sera aussi intense que ce samedi !

Devenir spectateur d’un concert… en un seul clic !

L’heure du bilan

Bien sûr que tout n’a pas été parfait, c’était le prix à payer en prenant ce pari audacieux en aussi peu de temps ! « Nous tenons à nous excuser pour cette gêne occasionnée » et surtout vous remercier pour votre patience, tolérance et bienveillance à notre égard… Autant de valeurs qui nous sont chères ! C’est aussi grâce à VOUS que ce Festival a été couronné de succès. Votre dynamisme qui a enrichi les interactions et débats, vos partages d’expériences, témoignages, interrogations, doutes, mises en situations, discussions… l’ont composé, orienté et transformé !

Ensemble, nous avons contribué à faire de cet événement unique une expérience inoubliable, à réitérer dans l’avenir. Le temps d’un week-end, nous avons réussi à nous évader de cette réalité confinée pour mieux nous retrouver autour de thématiques engagées et fondamentales pour la construction d’un lendemain meilleur. Nouveauté, Adaptabilité, Convivialité ont été les mots-clés de cette aventure humaine. Par cet exemple de résilience, nous avons su démontrer que l’impossible peut être possible.

 

« Penser global, agir local », tel est notre slogan. Dans le cas de figure présent, nous pourrions même aller plus loin en l’élargissant « Penser global pour agir global », puisque vous avez été près de 2 000 spectateurs à vous être connectés ! Cette année, nous avons également réussi à toucher un public plus large et cosmopolite avec des connexions en provenance des 4 coins du monde (La Réunion, Canada, Sénégal, Cambodge…). Quel plaisir de constater que les valeurs d’engagement dépassent les frontières !

Nous tenons à remercier l’ensemble des personnes ayant rendu l’événement possible : les intervenants, les Explor’acteurs, les partenaires financiers, logistiques et médiatiques, les associations, l’équipe OTGR (aka « la Green Team »), le parrain de la troisième édition Olivier Peyre, et surtout, le public, en espérant vous revoir l’an prochain, et en vrai !

Ensemble, nous avons réalisé le tout premier Festival du Voyage Engagé numérique de notre histoire ! Si nous doutons qu’il en reste des traces dans les manuels scolaires, nous sommes sûrs qu’il en laissera dans nos esprits, et qu’il nous permettra plus de flexibilité à l’avenir. Sur le web ou en réalité, les connexions se font toujours assez naturellement avec On The Green Road…

Adresse :


à la Maison des Étudiants


25 rue Jaboulay - 69007 LYON


(entrée 90 rue de Marseille)